Déploiement des tests antigéniques

Le gouvernement a lancé ces derniers jours le déploiement à grande échelle des tests antigéniques. Ils seront utilisés avant tout en complément des tests RT-PCR (dits PCR), et destinés principalement aux personnes ayant des symptômes de la Covid-19 depuis moins de quatre jours.

En quoi consiste ce test ?

  • Comme le test RT-PCR, il s’appuie sur un prélèvement nasopharyngé (fait dans les narines) dans un premier temps. 
    • La différence tient premièrement à la méthode scientifique employée. Il utilise des antigènes – substances étrangères à l’organisme – pour stimuler les anticorps réactifs au coronavirus et ainsi détecter la présence de ce virus. 
    • Deuxièmement, les professionnels habilités à ce type de prélèvement ne sont plus seulement les laborantins mais aussi les médecins, les chirurgiens-dentistes, les sage-femmes, les masseurs-kinésithérapeutes et les infirmiers ainsi que certains professionnels sous la responsabilité d’un médecin, d’un pharmacien ou d’un infirmier. 
  • Il s’agit ensuite de positionner l’écouvillon (tige de prélèvement) dans l’encoche d’un test de la taille d’une carte de crédit où un liquide réactif est inséré. 
  • Enfin, il convient d’attendre environ quinze minutes avant d’obtenir le résultat. 

Dans quels cas l’utiliser ? 

Ce test a été conçu pour apporter un résultat plus rapide que celui du RT-PCR – dont le délai est de vingt-quatre heures en moyenne. Il est en revanche moins fiable que son confrère.

C’est pourquoi le test antigénique n’est recommandé que dans certains cas  précis, dont celui de soupçon d’infection au coronavirus en raison de la présence de symptômes similaires depuis moins de quatre jours. De plus, ce sont les professionnels de santé qui seront à même de lire le rendu des résultats.

Si vous êtes une personne à risque, ayant plus de soixante-cinq ans, ou si vous présentez des co-morbidités, ce test devra s’accompagner d’un test RT-PCR si le résultat est négatif. 

Enfin, ce test est déconseillé aux cas contacts, à la plupart des personnes asymptomatiques et aux personnes symptomatiques de plus de quatre jours, notamment en raison de sa plus faible fiabilité comparée au test RT-PCR.

Quand sera-t-il disponible et pour quel public ? 

Le test antigénique était déjà expérimenté depuis septembre sur quelques publics à risque de contamination accrue, à savoir : élèves et étudiants, personnels des Ehpad, patients admis en urgence dans un établissement de santé, passagers aériens. 

Son développement a été validé par la Haute Autorité de Santé et il a déjà été systématisé dans certains milieux, comme dans les Ehpad après les vacances de la Toussaint ou dans les aéroports depuis le 11 novembre 2020.

La primauté de ce test est donnée aux personnes symptomatiques et aux personnes se soumettant à un dépistage collectif. Par ailleurs, des opérations de dépistage vont être menées prochainement. 

Pour plus d’informations, consultez le dossier de presse de Stratégie de déploiement des tests antigéniques :