Les élus au secours de l’INRS

La mobilisation ne faiblit pas dans les rangs des salariés de l’INRS de Nancy-Vandoeuvre qui redoute de voir son budget de fonctionnement sévèrement amputé dans les mois à venir. Déjà plusieurs élus ont annoncé qu’ils soutenaient le combat de cette institution située à Brabois, qui mène des recherches et des études sur les risques professionnels actuels et à venir, la sécurité au travail., les maladies professionnelles…
Des élus de la métropole nancéienne, tous bords politiques confondus, ont cosigné un courrier destiné aux ministres de tutelle de l’INRS : Agnès Buzy, ministre des Solidarités et de la Santé, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics ainsi que Muriel Panicaut ministre du Travail. Les députés Laurent Garcia, Dominique Potier, le maire de Vandoeuvre Stéphane Hablot, le président du Conseil départemental Mathieu Klein, le président de la métropole André Rossinot, le sénateur Jacquin pèsent de tout leur poids pour que l’on ne réduise pas les crédits de l’INRS, surtout au moment où vont venir se rattacher au régime général trois millions d’ex-adhérents du régime du RSI, des professions à risques particuliers. « Les mesures d’économies envisagées réduiraient considérablement l’efficacité de la protection de la sécurité au travail ». Ils rappellent que « l’amélioration de la performance globale de la production « permet de réduire la
prise en charge financière du coût des accidents et maladies professionnelles – 47 millions de jours de travail perdus par an pour un coût de 8 milliards d’euros ainsi que les 550 décès recensés du fait du travail en France.

Source : Est Républicain.

Défiler vers le haut