L’Assemblée nationale vote l’élargissement d’un congé dédié aux proches aidants

 

Un amendement proposant d’élargir les critères pour bénéficier d’un congé proche aidant et de l’indemniser au niveau du smic a été déposé jeudi soir 21 octobre par le gouvernement au projet de budget 2022 de la Sécurité sociale.

Le lendemain, l’Assemblée nationale a approuvé le principe.

Ce vote doit permettre à davantage de personnes de soutenir un proche âgé, malade ou handicapé.

En France, 8 à 11 millions de personnes s’occupent d’un proche en perte d’autonomie, que ce soit un parent âgé, une personne handicapée ou souffrant d’une maladie chronique ou invalidante.

Mis en œuvre depuis un an, le congé proche aidant indemnisé peine à se déployer : moins de 5 000 personnes en ont bénéficié jusqu’alors.

Le congé est de trois mois fractionnables et renouvelables jusqu’à une durée totale d’un an sur une carrière. 

Selon la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF), plus de 15 900 demandes de congé proche aidant ont été déposées, mais la plupart ne rentraient pas dans les critères d’attribution.

Le montant de l’allocation journalière du proche aidant sera revalorisé au niveau du smic, soit à 58 euros net. 

Le montant est actuellement de 43 euros par jour pour une personne aidante en couple, 52 euros pour une personne isolée. 

La même revalorisation sera appliquée au congé pour un enfant gravement malade.

 Le coût de ces mesures est évalué à 40 millions d’euros annuels.