NANCY : Eric Freysselinard prend ses fonctions

Le nouveau préfet de Meurthe-et-Moselle a déposé une gerbe hier après-midi au Palais du Gouvernement, pour sa prise de fonction officielle.
La partie protocolaire de l’après-midi s’est déroulée dans l’hémicycle de la Carrière, à 15h. Un dépôt de gerbe sous un dais barrant l’entrée du Palais du Gouvernement, « La ville de Nancy à tous ses enfants morts pour la France ». Hommage aux morts, Marseillaise, le tout sans guère de spectateurs, sinon les invités, à savoir les élus qui n’étaient pas encore en vacances, en ce 29 décembre. Entre autres, le sénateur Jacquin ; Laurent Garcia, député ; Valérie Debord, pour la Région ; Luc Binsinger pour le Département ; Gérard Thiel pour la ville de Nancy ; Serge Bouly pour la Métropole, etc.

Sous l’averse de neige, les élus et autres invités se sont dirigés vers la préfecture pour le traditionnel pot, précédé d’une rencontre avec la presse où le successeur de Philippe Mahé s’est livré un peu plus. Il connaît déjà les bons dossiers qu’il va lui falloir débrouiller. « Mais j’aime la difficulté. » Au nombre de ceux-ci, l’A31 bis, la sécurité et la cybersécurité (« il y a une délinquance importée dans ce Département »), les contrats de ruralité, les migrants (dossier caserne Faron au premier chef) et les mineurs isolés.

Attaches lorraines

Il rappela ses attaches lorraines. Il est l’arrière-petit-fils d’Albert Lebrun, le président lorrain de la République avant-guerre (l’autre c’est Poincaré) et a écrit une biographie sur son aïeul. Ce qui lui
donne l’occasion régulière de faire des conférences à ce sujet. « La dernière ce fut le 27 novembre, à l’invitation des Lorrains de Paris, je ne savais pas que je deviendrai préfet à Nancy. »

Il est heureux de se poser après quatre ans et demi à bourlinguer autour du monde comme directeur des stages de l’ENA. « Ma femme est une descendante du doyen Gény. » Qui a un amphi à son nom à la fac de Droit de Nancy… « Et je suis content aussi de retrouver le terrain. » Il a en effet été déjà préfet de la Haute-Saône à Vesoul, et préfet de l’Aude à Carcassonne… La Meurthe-et-Moselle ? Malgré ses origines, il avoue connaître surtout Mercy-le-Haut, village d’Albert Lebrun. « Je viens ici avec simplicité, humilité, sans a priori, et je suis persuadé que la Lorraine a beaucoup changé depuis 1905. » La date où Albert Lebrun devint président du conseil général de la Meurthe-et-Moselle.

Cet agrégé d’espagnol aime le passé, mais n’est pas passéiste. Il adore tout ce qui est numérique. « Je suis un véritable geek ! »

Source : Est Républicain,  Guillaume MAZEAUD.