Full 1
Laurent GARCIA
Député de Meurthe-et-Moselle
" Une volonté de changement au service de l'intérêt général "

Madame, Monsieur,

Ce mois d’octobre signe l’arrivée des premiers frimas pendant que les esprits politiques s’échauffent avec les échéances électorales présidentielles et législatives de 2022 en ligne de mire.

Hasard de calendrier, au moment où le masque de la crise sanitaire tombe enfin pour les citoyens, les velléités politiques en amènent d’autres à s’en façonner un pour le grand bal des candidatures.

Si l’on se réfère au taux d’abstention record de l’électorat lors des dernières élections, il n’est pas nécessaire d’être intuitif pour jauger du désintérêt des électeurs pour la chose politique.

A n’en pas douter, à ce jour, les citoyens ont encore bien d’autres préoccupations, avec des priorités d’une nature nouvelle, différenciée, issues des bouleversements psychologiques inhérents au vécu de chacun, lors de la succession de confinements, des adaptations multiples aux consignes sanitaires, mais aussi la découverte d’un rythme de vie moins effréné, des bienfaits du retour à l’essentiel, et l’impériosité à préserver sa santé et celle des siens.

Pour autant, les français ont des attentes, des besoins, voire des frustrations qui s’expriment aujourd’hui dans la cacophonie faute de trouver une représentativité dans les urnes. Attention danger car cela laisse la place aux polémistes de tout poil, prêts à surfer sur une vague nauséabonde.

A ce propos, il est utile de rappeler que se déroule actuellement la consultation nationale en ligne « Abstention et participation électorale » qui permet à chaque électeur de s’exprimer sur le sujet jusqu’au 31 octobre.

En attendant les résultats de cette consultation nationale, force est de constater que la représentativité politique peine à s’affirmer. Pléthore de candidats « Verts » côtoie une droite qui peine à s’unir, une gauche sans leader, et des extrêmes qui concourent à faire la plus grosse polémique populiste à l’emporte-pièce.

Espérons que l’hiver, et les fêtes de fin d’année apaiseront les esprits et apporteront plus de sérénité et d’écoute dans les débats, les programmes électoraux à construire, avec une approche plus humanisée de l’ambition politique.

Pendant ce temps, les élus de l’Assemblée nationale et du Sénat travaillent d’autant plus que le quotidien avec la Covid19 a ralenti la programmation des travaux, tout en nécessitant de réajuster la législation aux nouveaux besoins générés, notamment en terme de relance économique, avec un budget de finance qui nécessite de s’adapter dans tous les domaines social, culturel, sportif, entrepeunarial, associatif, économique, sanitaire …..sans oublier la compensation de la hausse des coûts des énergies, ou encore les mesures de développement durables qui sont devenues prioritaires, les désordres climatiques pour preuve.

Autant de thématiques qui nécessitent de longues heures de travail pour agir en toute connaissance de cause, au plus près de la réalité.

J’ai moi-même planché, en tant que porte-parole du groupe MoDem sur la proposition de loi relative aux bibliothèques et au développement de la lecture publique, le principal apport du texte étant de définir les missions des bibliothèques publiques en les inscrivant dans le code du patrimoine, et à donner un cadre législatif précis et ambitieux aux bibliothèques basé autour de trois principes : la liberté d’accès, la gratuité, et le pluralisme des collections ; et la proposition de loi visant à améliorer l’économie du livre et à renforcer l’équité entre ses acteurs. Je suis également fier d’œuvrer à l’élaboration de l’instauration des droits voisins pour la presse, garants de notre démocratie.

L’implication studieuse de mes collègues et moi-même semble être en total décalage avec les tourmentes médiatiques alimentées par les dires et les positions de celles et ceux qui briguent nos places, que ce soit au gouvernement, à l’assemblée nationale ou au sénat.

A titre personnel je suis heureux d’avoir pleinement retrouvé mon ancrage local, retardé depuis de nombreux mois par un recours revanchard, non encore jugé (mon édito de juin 2021).

Si l’expérience de député a été enrichissante et m’a permis de porter plus haut les attentes de mes concitoyens, être Maire de la Ville de Laxou et son représentant dans les instances métropolitaines et départementales est également pour moi un leitmotiv puissant, puisque directement au contact de la population et de son quotidien.

Je vous souhaite à tous une belle fin d’année, gage de retrouvailles qui n’ont pu avoir lieu en 2020, d’échanges, de partages, de moments conviviaux qui nous ont tant manqués pendant de longs mois.

 

La permanence parlementaire est ouverte sans rendez-vous les jours suivants :

lundi, mardi et jeudi, vendredi de 9h à 12h.

Je reçois sur rendez-vous chaque jour de la semaine.

Contact téléphonique : 03 83 54 03 50

Contact messagerie électronique : permanence.garcia@orange.fr

Adresse postale :

Permanence parlementaire de Laurent Garcia député 

           84 avenue de Boufflers – 54000 Nancy

null

Pascale Cesar

Suppléante
null

Nathalie GREFFIN

Collaboratrice Parlementaire
null

Nathalie PARENT HECKLER

Collaboratrice Parlementaire
null

Marie LANNES

Collaboratrice Parlementaire

Laurent Garcia votre porte-parole à l’Assemblée Nationale
Plus proche des préoccupations des habitants de la circonscription

Mes actions

Action Parlementaire

Retrouver mes travaux à l’Assemblée nationale

Action en Circonscription

Suivez mon actualité en Circonscription

Vidéos à l'Assemblée nationale

Suivez mon actualité en vidéo